Prêts aux malades: signature d'une nouvelle convention renforcée

La nouvelle convention Aeras, dispositif facilitant l'accès aux prêts bancaires pour les personnes ayant ou ayant eu un grave problème de santé, doit être signée mardi et intègre des mesures supplémentaires comme la création d'un produit d'assurance de prêt.
La nouvelle convention Aeras, dispositif facilitant l'accès aux prêts bancaires pour les personnes ayant ou ayant eu un grave problème de santé, doit être signée mardi et intègre des mesures supplémentaires comme la création d'un produit d'assurance de prêt.
Il aura fallu près d'une année de négociations pour qu'associations, professionnels et pouvoirs publics parviennent à s'entendre sur la nouvelle mouture de cette convention, dont la première version avait expiré début 2010.
Les négociations n'ont "pas été toujours faciles", a observé sur RTL la ministre de l'Economie Christine Lagarde, précisant que cette convention qui "peut beaucoup changer les choses" entrera en vigueur le 1er septembre.

Lire la suite...

A vous de choisir

A vous de choisir
Depuis le 01 septembre 2010, date d’entrée en vigueur de certains volets de la réforme dite « Lagarde » du crédit à la consommation (loi du 01 juillet 2010), l’emprunteur a la possibilité de souscrire un contrat d’assurance auprès de l’assureur de son choix.

Pouvoir opter pour l’assurance de son choix n’est pas anodin lorsque l’on sait que celle-ci peut, selon les cas, représenter de 5 à 15% du coût total d’un prêt immobilier.A ce jour, c’est encore loin d’être le cas...

Lire la suite...

Nouveau prêt à Tauz zéro en 2011: mais à qui profite t-il vraiment?

C'est au 1er janvier 2011, que les établissements bancaires ayant signé une convention avec l'état pourront proposer le nouveau prêt à taux zéro, appelé PTZ+ pour financer l'achat immobilier des primo-accédants. Comme l'ancien dispositif, il a des critères d'éligibilité restrictif: il est attribué, pour un premier achat, il concerne le logement principal, c'est un prêt complémentaire à d'autres financement. En outre, le bien ne doit pas être louer durant la durée du remboursement .


 
Quelques grandes nouveautés cependant distinguent ce PTZ+ de l'ancien: il est sans conditions de ressources et peut financer jusqu'à 40% du montant du bien dans la limite d'un plafond modulable en fonction des ressources et des prix de l'immobilier local. Le gros lot sera néanmoins réservé à des logements neufs, énergiquement économes et dans des zones géographiques défavorisées. Si le droit au PTZ+ ne dépend plus des ressources, son montant restera lié aux revenus et à la taille des ménage: il en sera de même pour le montant et la durée de remboursement qui pourra s'étaler sur trente ans maximum selon le profil des bénéficiaires.
 
Sur le papier, ce nouveau dispositif semble alléchant, et a tout pour plaire, d'autant qu'il s'inscrit dans le cadre d'un plan global de relance économique gouvernemental, suite à la crise traversée ces dernières années.

Lire la suite...

La protection des emprunteurs

La protection des emprunteurs s'adapte et se renforce.
Il était nécessaire de donner un coût d'arrêt aux dérives du crédit revolving. C'est en grande partie ce à quoi s'emploie la loi réformant le crédit à la consommation adoptée le 1er juillet 2010. Le crédit c'est comme le bon cholestérol il y a le bon et le mauvais. La métaphore, moins légère qu'il n'y paraît, est du ministre des Finances, Christine Lagarde, qui a porté la loi réformant le crédit à la consommation.

Lire la suite...

Pour la Cour de cassation, il est risqué de mentir à l'assureur d'un prêt immobilier

Mentir à son assureur pour obtenir un crédit immobilier, c'est perdre le bénéfice de l'assurance, a jugé la Cour de cassation, car le contrat d'assurance est "nul". Les réponses fausses trompent l'assureur sur le risque qu'il prend et annulent son engagement, expliquent les juges. Pour ne pas se voir refuser un crédit, le candidat emprunteur avait répondu "non" aux douze questions d'un formulaire d'assureur, relatives à ses antécédents médicaux.
Malgré plusieurs hospitalisations pour une fracture d'une cheville, une blessure à la main et une tentative de suicide, il avait notamment répondu "non" à la question "avez-vous été traité dans un hôpital, une clinique ?" S'étant trouvé en incapacité de travail, cet emprunteur a réclamé la prise en charge de ses remboursements, mais l'assureur, après avoir fait une enquête, a refusé sa garantie. L'assuré a vainement fait valoir qu'au moment de signer, l'employé de banque lui avait conseillé de répondre ainsi pour obtenir son prêt. Mais les juges ont conclu qu'il n'en apportait pas la preuve. Pour les juges, le client n'avait pas à se faire juge de l'intérêt des questions posées et avait signé en certifiant l'exactitude et la sincérité de ses réponses alors qu'il ne pouvait avoir oublié ses hospitalisations.

Le projet de loi laisse un sentiment d'inachevé

Le texte vient renforcer les bonnes intentions du gouvernement quant à la libéralisation du marché Il n’est pas sûr pour autant qu’il donne satisfaction aux praticiens et encore moins, in fine, aux consommateurs
La réforme de l’assurance emprunteur vient de franchir une étape supplémentaire avec l’adoption, le 27 avril dernier par l’Assemblée nationale, du projet de loi portant réforme du crédit à la consommation. Le texte retourne pour deuxième lecture au Sénat (1) .

Le refus du contrat proposé par le consommateur… Le principe qui guide la réforme est simple : le consommateur est libre de choisir son assurance de prêt à condition que celle-ci présente un niveau de garantie équivalent au contrat d’assurance de groupe proposé par la banque. Afin d’éviter les dérives, les établissements prêteurs devront motiver leur refus d’accepter un contrat en délégation.

… doit être justifié. La mise en pratique de cette exigence risque d’être délicate. Comme le précisait Patrice Haubois, responsable de département offres produits et services aux particuliers du Crédit Foncier lors de la manifestation du 28 janvier dernier organisée par Hannover Re, « cette pratique permettra d’assainir le marché des contrats qui présentent un manque certain de garanties. En revanche, je pense que cette obligation de motivation nous conduira à travailler autrement. Le particulier n’étant pas un juriste, il faudra lui fournir un lexique des termes utilisés pour qu'il puisse comprendre les motifs de refus du banquier. L’objectif doit être d’éduquer le consommateur, au-delà de la remise de la fiche synthétique, pour qu’il comprenne que l’assurance sert à quelque chose ».

Lire la suite...

Assurance emprunteur : les consommateurs « peu informés » de la loi Lagarde

Assurland et Hyperassur, comparateurs d’assurances, ont réalisé au mois de mars des enquêtes sur l’assurance de prêt immobilier. Il en ressort principalement que les consommateurs sont « peu informés » sur la nouvelle loi et que les banques « ne jouent pas le jeu » en matière d’assurance emprunteur.
Assurland a contacté durant le mois de mars des internautes s’étant renseignés préalablement sur le prêt immobilier. La plupart (près de 90%) admettent ignorer totalement le dispositif de la loi Lagarde. Selon l’enquête menée par le comparateur, environ une banque sur deux n’informerait pas les clients sur cette réforme permettant au client de choisir son assurance emprunteur ailleurs que dans l’établissement où le crédit immobilier est souscrit.
Hyperassur a de son côté confié son enquête à l’institut Ifop, qui a réalisé l’étude du 23 au 25 mars sur un échantillon de 1005 personnes par la méthode des quotas. Si 63% des Français « plébiscitent le dispositif Lagarde », 42% ne savaient pas que « l’assurance emprunteur était négociable ».

OBSERVATOIRE BAO 2017 DE l'ASSURANCE EMPRUNTEUR :
TARIFS BANCAIRES 2017, SEGMENTES ET TOUS MARGES

Téléchargez l’étude complète
 

Innovation 2016 !


Nouveau un outil permettant d'anticiper les exigences de garanties maximum de votre banque.
 

OBSERVATOIRE 2017